Présentation de Sainte Marie la Mer

logo-ste-marie

Notre village, notre histoire

Décrire en quelques lignes le lieu où l'on est né, où l'on a tous ses souvenirs d'enfance, où l'on continue à vivre, n'est pas chose facile.
Par pudeur d'abord, on n'ose pas étaler l'amour que nous inspirent ces pierres roulées mêlées aux vieux cayrous, le plaisir que l'on trouve à se promener le long d'une plage, les pieds caressés par les vagues.
Il n'est pas facile de parler de ces habitants que l'on croise et avec qui on parle tranquillement des choses de la vie.
Il est peut-être prétentieux de raconter la façon dont on accueille le vacancier qui en quelques saisons devient un ami et que l'on voit un jour, venir de ses brumes du nord pour s'installer définitivement sur le village.
Ce n'est pas facile mais cela fait tellement plaisir de dire que son village a bien évolué, sans oublier ses racines et en toute modestie, cela fait du bien de dire entre amis : "on est bien à Sainte Marie !".

Pierre Roig
Maire de Sainte Marie la Mer

Proverbe Catalan
Canet i Santa Maria se van pas fer amb un dia - Canet et Sainte Marie n'ont pas été édifiés en un jour.

Le nom de notre village
Le nom de Sainte Marie apparaît pour la première fois en 1150.
Ce nom, probablement celui d'une famille seigneuriale locale est aussi un hommage à la vierge Marie. Antérieurement le village s'appelait Paribans : mot ancien, qui indiquait la position primitive du village installé sur une butte parmi les marécages.

 

LE VILLAGE AU FIL DU TEMPS

Les origines

C'est en 982, que le village apparaît pour la première fois sous le nom de Pabirans dans un acte du Roi Lothaire. C'est aussi dans cet acte, qu'est mentionné le hameau de Bigueranes dont l'église est dédiée à Saint-André.
En 990, ce hameau est appelé "Villa Bigaranas", cette mention nous invite à penser, que l'origine du village était une ancienne "villae" romaine, grande propriété agricole sur laquelle le hameau s'était développé.

Le moyen-âge

En 1197, Ramon seigneur de Canet et de Saint Marie obtient le privilège de fortifier le village.
Cet acte signé par Pierre d'Aragon, scele définitvement le destin de Sainte Marie. Les remparts érigés, la population voisine déserte le hameau de Sainte-André de Bigueranes, au profit de la protection de la nouvelle enceinte. Ce village disparaît en trois siècles, seule l'église, défiant le temps résistera jusqu'au XIXème siècle.
La période du XIVème au XVIème siècles, est marquée par la fréquence des disettes, des guerres et de l'épidémie de peste de 1348. D'autres part, les aléas politiques transfèrent pouvoirs et villages aux mains de nouveaux vicomtes.
Ainsi la seigneurie est unie au XVème siècle à celle d'Ille. De ce temps, nous avons conservé deux documents exceptionnels : deux livres terriers qui nous informent sur la vie à Sainte Marie la Mer. Le village comptait alors 250 à 300 habitants, vivant dans les 68 maisons enserrées dans les murailles et dans les 22 du faubourg. Tout autour de ces remparts s'organisaient des jardins, puis, au loin les terres à blé.

Du XVIème au XVIIIème siècles

Depuis le XVIème siècle, la guerre entre la France et l'Espagne n'a pratiquement jamais cessé.
Les armées ravagent les cultures et pillent les villages. Ainsi en 1642, l'armée espagnole attaque Sainte Marie et endommage les murailles et l'église. En 1659, l'armée française s'empare du village. A cette même date le traité des Pyrénées fait du Roussillon une province française.

Du XIXème au XXème siècles

Au XIXème siècle, le village est prospère et riche de ses cultures.
Il compte à présent environ 640 habitants dont la plupart sont cultivateurs ou bergers. Sainte Marie, vit alors au rythme des événements politiques de la nation.
EN 1848 l'arbre de la liberté, un mûrier est planté sur la place.
Le village scindé en deux, adoptera le parti des blancs ou des rouges et sera animé de réunions secrètes républicaines : le clocher républicain en témoigne encore.
Le XXème siècle est marqué par la naissance de la station balnéaire.
Ce sont les pêcheurs qui en sont à l'origine. En effet, dès 1890, ils bâtissent sur la plage des cabanes pour leur matériel. Avec la mode des bains de mer, les habitués prenant modèle, construisent de petites maisons d'été. Sainte Marie plage naît entre terre et mer.

Quelques mots pour mieux comprendre

TRAITE DES PYRENEES : traité signé en 1659 entre la Rance et l'Espagne mettant fin à des années de guerre. La frontière entre les deux royaumes fut alors déplacée des Corbières aux Pyrénées, faisant ainsi du Roussillon et de la Cerdagne une nouvelle province française.
LIVRE TERRIER OU CAPBREU : livre datant du Moyen-Age regroupant toutes les possessions terriennes d'un village, les propriétaires des terres, les impôts prélevés sur les récoltes et donnant ainsi de nombreuses informations sur la vie des villages.
DISETTE : manque de nourriture, pénurie de vivre, famine.

 

Fêtes & traditions

Sainte Marie la Mer honore les traditions d'antan et innove avec les fêtes d'aujourd'hui.
Autrefois, le village vivait au rythme des fêtes religieuses. Une des plus importantes était celle de ST-Gaudérique. Sant-Galdric, était le protecteur des récoltes et du Roussillon. Les reliques de ce laboureur avaient été offertes, en 1014, au Monastère de Saint-Martin du Canigou.
La tradition voulait qu'en période de sécheresse, les reliques soient trempées dans la méditerrannée. Une des plages choisies était Sainte Marie. Les reliques accompagnées d'une procession rassemblant des fidèles de tous les villages traversés (depuis Saint-Martin du Canigou), étaient baignées au large par les religieux afin d'attirer la pluie. Au retour, une grande messe était dite en l'église du village.
Aujourd'hui, les traditions catalanes, sardanes et cobla, rythment les fêtes du village, elles sont complétées par des manifestations sportives comme la course du Tir à l'Arc et par des moments de convivialité comme les Noches Marinoises.

Le village aujourd'hui

Mon paysage, mes balades...
Station balnéaire à vocation familiale, la commune compte 3500 habitants pendant l'année mais accueille plus de 20 000 personnes pendant l'été.
La plage offre de multiples activités de loisirs. Sainte Marie allie charme d'un joli village catalan à la modernité d'une station en pleine expansion. Fière de sa culture et de son patrimoine, la commune perpétue une tradition artistique en créant un musée d'art contemporain au fil des rues.
Enfin, Sainte Marie est un village où art et rugby se conjuguent en toute harmonie. Dans un esprit de convivialité, le camping municipal accueille des sportifs internationaux dans un environnement dédié à l'art.

Réseaux sociaux

 

chaîne you tubeinstagram sainte marie tourisme